Que faut-il savoir de l’assurance emprunteur en 2018 ?

Assurance

Lors d’une demande de prêt immobilier, l’organisme prêteur exige à l’emprunteur la souscription d’une assurance de prêt. C’est une garantie qui lui permet d’être remboursé en cas de défaillance de la part de l’emprunteur. Suivez le guide pour découvrir l’essentiel à savoir sur l’assurance emprunteur 2018.

 Assurance emprunteur : obligatoire ou non ?

En réalité, aucune loi n’oblige l’emprunteur à contracter une assurance emprunteur lors de la souscription d’un prêt immobilier. Mais comme ce type d’assurance garantit à la banque de se faire rembourser en cas de décès, d’invalidité ou d’arrêt de travail de l’emprunteur, il est donc difficile, voire impossible, de se faire octroyer un prêt immobilier sans souscrire une assurance de prêt.

Lors de la souscription, l’emprunteur doit contracter des garanties obligatoires, dont la garantie décès et la garantie PTIA ou perte totale et irréversible d’autonomie. Si le prêt sert à financer à l’achat d’une résidence principale, l’organisme prêteur impose la souscription à la garantie IPT ou invalidité permanente totale ainsi que la garantie arrêt de travail. L’emprunteur peut également choisir de rajouter des garanties facultatives à son contrat telle que la garantie invalidité permanente partielle ou IPP qui complète la garantie IPT ainsi que la garantie perte d’emploi.

Il est important de savoir que depuis le 1er janvier 2018, il est désormais possible pour l’emprunteur de contracter une assurance de prêt auprès des compagnies d’assurance privées et ainsi de profiter de taux plus intéressant en changeant d’assureur à la date anniversaire du contrat. En effet, les organismes prêteurs proposent un taux de 0,30 % à 0,42 % contre 0,12 % en moyenne pour les cabinets d’assurance spécialisés. Ce qui permet à l’emprunteur de faire une économie substantielle de plus de 9000 euros pour un prêt immobilier de 200 000 euros à rembourser sur 20 ans. Dès lors, l’emprunteur peut négocier son taux et faire jouer la concurrence. Pour trouver la meilleure offre, l’emprunteur peut utiliser un outil de comparaison d’assurance en ligne.

Les conditions pour changer d’assurance de prêt immobilier

Lors de la délégation d’assurance, il est indispensable que les conditions générales du nouveau contrat d’assurance emprunteur soient les mêmes que celles mentionnées dans le contrat initial. Le cas échéant, la banque peut refuser le changement de contrat, conformément à la loi.

Lorsque le choix du nouveau contrat a été fait, l’emprunteur doit envoyer une lettre recommandée à la banque dans un délai de deux mois avant la date d’anniversaire de son contrat d’assurance. Dès la réception de la lettre, la banque dispose de 10 jours pour étudier la demande de l’emprunteur. Dans le cas d’une réponse favorable, elle doit réaliser un avenant au contrat indiquant le changement, exonéré de tous frais. Dans le cas contraire, elle doit justifier par écrit les motifs de refus.